LE VITALISME
 
Au-delà de la matière, la puissance du vivant…Le vitalisme est né d’une tradition philosophique pour laquelle le vivant n’est pas réductible aux lois physico-chimiques.
 
Chi en Chine, prana en Inde, energeia en grec, l’énergie ou force vitale est la force en action, la vigueur, la détermination.
 
Pour la Naturopathie, elle matérialise la vie. Pour la médecine du sens (Thierry Jansen), elle est le lien entre le corps et l’esprit.
 
« L’énergie vitale est indissociable du terrain». Daniel Kieffer (naturopathe).
 
LA DIFFERENCE ENTRE UN ÊTRE VIVANT ET UN CADAVRE, C’EST L’ENERGIE VITALE qui est présente en l’un et a déserté l’autre.
 
La médecine chinoise considère, qu’à l’état d’équilibre, cette énergie vitale (chi) est normalement répartie dans tout le corps.
 
Les praticiens de prévention de terrain définissent l’état de santé d’une personne en fonction de sa vitalité. Plus elle est basse et plus le sujet est vulnérable.
 
Une bonne vitalité est un gage de bonne santé, présage d’un système immunitaire de qualité qui saura faire face aux agressions bactériennes, microbiennes et virales.
Il ne s’agit pas ici de ne JAMAIS être enrhumé, grippé, fatigué, mal fichu, atteint … Il s’agit d’avoir un organisme réactif, suffisamment fort pour réagir et… guérir.
 
L’objectif de la naturopathie étant de « faire plus de santé », il sera question de modifications à apporter afin de permettre au corps de se réguler et de retrouver plus d’énergie et de santé.
 
Une personne dont la vitalité est trop basse, n’aura pas l’énergie vitale nécessaire pour réagir ou se recharger.
À moins de « remonter son terrain », elle ne peut pas se défendre contre l’agresseur et doit s’adresser à la médication allopathique…
 
Nous ne sommes pas égaux devant la vitalité.
Dans certaines familles, les anciens vivent jusqu’à 94 ans, dans d’autres, ils ne dépassent pas 70.
Certaines familles rencontrent nombre de cancers ou de maladies dites de civilisation, d’autres en sont exempts.
Certains ont la goutte au nez tout l’hiver, d’autres font une grosse poussée de fièvre et repartent.
Nous héritons nos gènes de nos deux parents qui tiennent les leurs de leurs parents.
 
La prévention de terrain et l’hygiène de vie permettent de renforcer les acquis et augmenter la vitalité.
 
La santé n’est pas une fatalité, elle est une responsabilité.